Comment réussir l’isolation thermique de son logement ?

Isoler votre logement c’est non seulement gagner en confort mais aussi réduire votre facture d’énergie et votre empreinte carbone. Pour optimiser les performances énergétiques de votre maison, il est essentiel de faire les bons choix et de prioriser les travaux d’isolation à réaliser. On vous explique tout ce qu’il y a à savoir pour réussir l’isolation thermique de votre logement.

L’isolation des combles et du toit

Savez-vous que 25 à 30 % des pertes de chaleur dans votre logement (s’il a été construit avant 1974 et qu’il n’est pas isolé) se font par la toiture ? En effet, l’air chaud est plus léger que l’air froid et à tendance à monter jusqu’au toit de votre logement. Isoler votre toit peut alors se révéler très rentable et vous permettre de réaliser d’importantes économies. 

Plusieurs options sont possibles, selon les caractéristiques de votre habitation : 

  • Si votre logement est composé de combles aménagés : vous pouvez alors réaliser l’isolation directement sur les rampants de la toiture, soit par l’intérieur à l’aide de rouleaux ou de panneaux semi-rigides ou par l’extérieur grâce à l’installation de panneaux de toiture porteurs ou la pose d’un lit d’isolant continu et rigide entre la couverture et la charpente (on parle d’isolation sarking) ;
  • Si votre logement est composé de combles non aménagés (combles perdus) : vous pouvez réaliser l’isolation sur le plancher selon deux techniques distinctes : la pose de rouleaux d’isolant ou la pose d’un isolant par insufflation (l’isolant est injecté sous pression sur le plancher).
Bon à savoir

Vous voulez réduire le montant de votre facture d’énergie ? En plus de réaliser des travaux d’isolation dans votre logement, assurez-vous de payez votre électricité moins chère. Chez Alpiq par exemple, vous bénéficiez d’une remise de 4 % sur le prix du kWh HT par rapport aux tarifs réglementés de vente

L’isolation des murs

Les murs de votre logement peuvent représenter jusqu’à 25 % des déperditions thermiques si celui-ci est mal isolé. Tout comme la toiture, isoler vos murs est incontournable si vous voulez limiter votre consommation et réduire votre facture d’énergie. 

Il existe deux grandes typologies de travaux d’isolation pour les murs de votre maison : l’isolation des murs par l’extérieur ou l’isolation des murs par l’intérieur. 

L’isolation des murs par l’extérieur

L’isolation de vos murs par l’extérieur est la solution que vous devez privilégier, à condition que les caractéristiques de votre logement le permettent. 

Plusieurs méthodes d’isolation des murs par l’extérieur sont possibles, comme par exemple :

  • L’isolation sous enduit : c’est l’option la plus « simple » et la moins chère à poser. Concrètement, il s’agit de fixer des panneaux isolants directement sur le mur par vissage et/ou par collage. Les panneaux sont ensuite recouverts d’un treillis et d’un enduit de finition ;
  • L’isolation à l’aide d’un enduit isolant (généralement végétal ou minéral) : qui est projeté ou coffré sur l’extérieur du mur et recouvert d’un crépi de finition ;
  • L’isolation sous bardage : des panneaux d’isolation sont posés entre des montants, eux-mêmes fixés au mur. Des tasseaux sont ensuite fixés sur un film pare-pluie qui protège les panneaux isolants. Enfin, un bardage, c’est-à-dire un revêtement (souvent en bois) est ensuite fixé sur les tasseaux.

L’isolation par l’extérieur présente son lot d’avantages et d’inconvénients. En voici un tableau récapitulatif ci-dessous :

Avantages

Inconvénients

- Ne modifie pas l’aspect intérieur de votre habitation et ne réduit pas la surface habitable ;

- Permet une continuité de l’isolant, et donc de limiter au maximum les ponts thermiques, responsables de pertes de chaleur importantes ;

- Préserve les murs de toutes les variations thermiques (et notamment l’hiver quand il fait froid), etc.

- L’isolation extérieure est souvent plus complexe à mettre en œuvre que l’isolation intérieure et est donc plus coûteuse ;

- En cas d’isolation extérieure, vous devez obligatoirement faire une déclaration préalable de travaux ou obtenir un permis de construire car l’aspect extérieur de vos murs est modifié ;

- Une isolation extérieure implique généralement d’ajouter des descentes de gouttières et de modifier les seuils de vos fenêtres, etc.

L’isolation des murs par l’intérieur

Si vous avez un budget limité, il sera alors peut-être plus abordable pour vous d’opter pour une isolation de vos murs par l’intérieur. Le principal avantage de cette solution, en dehors de son prix plus accessible, est que l’aspect extérieur du bâtiment n’est pas touché, et donc vous n’avez aucune demande d’autorisation spécifique à réaliser.

En revanche, gardez à l’esprit que cette solution engendre aussi son lot d’inconvénients et notamment : 

  • Elle diminue la surface habitable de votre logement ; 
  • Il est plus difficile de supprimer les ponts thermiques avec une isolation des murs par l’intérieur ;
  • Les travaux pour une isolation par l’intérieur sont bien plus contraignants que pour une isolation extérieure car elle implique de devoir condamner les pièces de votre logement au fur et à mesure de l’avancée des travaux et il vous est généralement difficile d’ouvrir vos fenêtres durant toute la durée des travaux, etc.

Comme pour l’isolation extérieure de vos murs, il existe plusieurs méthodes pour une isolation réalisée par l’intérieur et notamment : 

  • L’isolant peut être maintenu au mur par un panneau de parement. L’isolant peut être soit projeté (en humidifiant l’isolant pour qu’il se colle au mur) ou insufflé ;
  • L’isolation peut se faire à l’aide d’enduits isolants : un mélange de fibres végétales et de liants qui sont projetés sur le mur ;
  • Des panneaux d’isolation peuvent être

L’isolation des fenêtres

Les parois vitrées de votre logement peuvent également être à l’origine d’une perte de chaleur importante. Il existe différentes options, plus ou moins efficaces, et plus ou moins onéreuses, pour réduire cette déperdition d’énergie en isolant vos fenêtres. Voici nos 4 conseils.

Conseil n°1 : Calfeutrez vos fenêtres

Souvent, l’air froid circule au niveau des joints de vos portes et fenêtres. L’une des solutions les plus faciles et les moins coûteuses à mettre en place est de calfeutrer vos portes et fenêtres à l’aide d’un joint spécifique qui limite le passage de l’air sous vos portes et autour de vos parois vitrées.

Conseil n°2 : Appliquez un film isolant sur vos fenêtres

Il existe des films isolants, aussi appelés films de survitrage, que vous pouvez poser sur vos fenêtres afin de préserver la chaleur à l’intérieur de votre logement. Il s’agit d’un film adhésif qui peut se poser facilement sur tout type de fenêtres.

Conseil n°3 : Installez des rideaux ou des volets

Si votre logement n’en est pas équipé, l’une des solutions pour être mieux isolé est de faire installer des volets roulants à vos fenêtres. Les volets fermés en hiver évitent les déperditions de chaleur et l’été vous permettent de conserver la fraîcheur à l’intérieur de votre maison.

Vous pouvez également installer des rideaux thermiques, souvent occultants. Ce type de rideaux très épais permet, lorsqu’ils sont fermés, de limiter l’entrée de l’air froid par vos fenêtres.

Conseil n°4 : Remplacez du simple ou du double vitrage

C’est l’une des solutions les plus coûteuses mais aussi l’une des plus efficaces : changer le vitrage de vos fenêtres est souvent incontournable si vous voulez isoler votre logement. 

Savez-vous que le double vitrage à isolation renforcée (VIR) offre un pouvoir isolant deux à trois fois supérieur à celui d’un double vitrage classique (et 4 fois supérieur à un simple vitrage) ? Et pour une isolation thermique optimale, vous avez aussi la possibilité de faire installer un triple vitrage au niveau de vos fenêtres. 

L’avantage avec un double vitrage renforcé ou un triple vitrage c’est qu’au-delà d’augmenter l’isolation thermique de votre maison, vous renforcez aussi son isolation phonique. 

Le saviez-vous ? 

Vous pouvez bénéficier d’aides financières pour vos travaux de rénovation énergétique. MaPrimeRénov’, TVA à taux réduit, certificats d’économie d’énergie (CEE) : renseignez-vous sur les modalités d’éligibilité à ces primes pour en profiter. 

Sommaire