Quelle est la consommation électrique d’une plaque de cuisson ?

Chaque jour ou presque, vous utilisez vos appareils de cuisson afin de préparer le repas pour vous et votre famille. Saviez-vous que selon le modèle de plaque de cuisson que vous utilisez, votre consommation d’électricité n’est pas la même ? On vous explique comment ça marche.

Les différentes plaques de cuisson électriques

Il existe différents types de plaques de cuisson disponibles sur le marché. La consommation électrique de votre plaque de cuisson va essentiellement dépendre du modèle dont vous disposez dans votre cuisine. 

La plaque de cuisson à induction

La plaque de cuisson à induction est aujourd’hui le modèle le plus performant disponible sur le marché (c’est aussi le plus cher). Elle fonctionne grâce à une bobine de cuivre placée sous la plaque, qui émet un champ magnétique. Elle permet de ne chauffer que le récipient placé sur la plaque. Le temps de chauffe et de refroidissement est très court, ce qui la rend peu énergivore. Au-delà de son aspect économique, la plaque à induction présente l’avantage d’être sécurisée car une fois le récipient retiré de la plaque, le risque de brûlure est quasi inexistant, à la différence d’une plaque électrique traditionnelle par exemple. En revanche, il faut savoir que l’utilisation d’une plaque à induction nécessite des récipients spécifiques et adaptés à ce type de technologie.

La plaque de cuisson électrique « classique »

La plaque de cuisson électrique « classique » est généralement la moins coûteuse à l’achat. Elle fonctionne grâce à une résistance électrique qui chauffe la plaque. C’est un modèle très simple d’utilisation mais aussi l’un des plus énergivores car le temps de chauffe et de refroidissement est relativement long par rapport aux autres modèles.

La plaque de cuisson vitrocéramique

La plaque de cuisson vitrocéramique offre des performances bien meilleures qu’une plaque de cuisson électrique classique. Pour autant, elle ne vaut pas une plaque à induction. La vitesse de chauffe est relativement rapide, mais le temps de refroidissement est quant à lui assez lent. Elle peut être équipé : 

  • D’un foyer radiant : qui permet de chauffer le récipient situé sur la plaque de manière homogène et progressivement ;
  • D’un foyer halogène : qui, lui, fonctionne par impulsion et monte encore plus rapidement en température que le modèle à foyer radiant.

La plaque vitrocéramique est plus abordable à l’achat que la plaque à induction mais aussi plus consommatrice d’énergie.

image description
Le saviez-vous ?

Il existe aussi des plaques de cuisson dites « mixtes », équipées à la fois de plaques électriques (classiques, vitrocéramiques ou à induction) mais aussi de plaques fonctionnant au gaz. Ce type de plaques vous permet d’utiliser les plaques électriques si votre bouteille de gaz est vide, ou d’utiliser vos plaques au gaz en cas de coupure de courant.

Consommation électrique moyenne d’une plaque de cuisson

Selon l’ADEME (l’Agence de la transition écologique), une plaque de cuisson électrique est utilisée en moyenne 409 fois sur une année. 

La consommation électrique de votre plaque de cuisson électrique va alors principalement dépendre du modèle que vous avez choisi.

Par exemple, pour 409 cycles par an, une plaque vitrocéramique consomme en moyenne 159 kWh par an tandis qu’une plaque de cuisson à induction consomme seulement 135 kWh chaque année.

À titre de comparaison, un four à micro-ondes consomme en moyenne 39 kWh par an et un four électrique (de 64 litres), utilisé 187 fois durant l’année, consomme quant à lui 146 kWh par an.

Comment calculer la consommation électrique de votre plaque de cuisson ?

Pour calculer précisément la consommation électrique de votre plaque de cuisson, vous pouvez utiliser un calcul relativement simple en vous basant à la fois sur la puissance de votre équipement et sa durée d’utilisation.

Par exemple, si vous utilisez une plaque à induction de 3000 watts (W) à son maximum (à feu fort), pour faire bouillir de l’eau durant 2 minutes, vous devez réaliser le calcul suivant : 

Puissance utilisée par l’appareil x nombre de minutes d’utilisation / 60

= 3000 x 2 / 60 = 100 W.

Votre plaque à induction a donc consommé 100 watts durant les 2 minutes où vous avez fait bouillir votre eau. 

Si vous souhaitez ensuite traduire cette consommation d’électricité en euros dépensés, il vous suffit de multiplier la consommation électrique de votre plaque de cuisson par le prix du kWh d’électricité proposé par votre fournisseur.

Par exemple, selon l’ADEME, la durée d’utilisation moyenne annuelle d’une plaque vitrocéramique est de 409 cycles par an, ce qui représente 159 kWh consommés environ chaque année. Admettons que vous ayez souscrit un contrat d’électricité au tarif bleu d’EDF, la consommation de votre plaque vitrocéramique vous coûte alors : 0,1740 x 159 = 28 € par an (tarif en Option « Base » pour une puissance souscrite de 6 kVA).

Bon à savoir

Depuis la libéralisation du marché de l’énergie, vous êtes libre de souscrire un contrat d’électricité chez un fournisseur moins cher. Chez Alpiq par exemple, vous bénéficiez d’une remise de 4 % sur le prix du kWh HT par rapport aux tarifs réglementés de vente.

Comment réduire sa consommation électrique en cuisine ?

Dans un contexte où le prix de l’énergie explose, sachez que vous pouvez adopter des gestes simples en cuisine afin de diminuer votre consommation d’électricité et donc réduire le montant de votre facture d’électricité. 

Pour faire des économies dans votre cuisine

  • Privilégier l’utilisation du micro-ondes ou de vos plaques de cuisson électriques plutôt que votre four. Selon l’ADEME, cuire 500 g de pommes de terre dans une poêle sur une plaque à induction permet de diviser par 10 votre consommation électrique en comparaison à une cuisson au four ;
  • Éviter d’utiliser vos plaques de cuisson à la puissance maximale ;
  • Couvrir vos poêles et casseroles afin de réduire le temps de cuisson de vos aliments (et donc la durée d’utilisation de vos appareils de cuisson) ;
  • Si vous êtes équipé de plaques de cuisson électriques classiques ou vitrocéramiques : penser à les arrêter quelques minutes avant la fin de la cuisson, etc.
Le saviez-vous ?

Une plaque de cuisson vitrocéramique qui fonctionne durant 30 minutes consomme en moyenne 0,45 kWh tandis qu’une plaque de cuisson à induction qui fonctionne durant 30 minutes consomme quant à elle en moyenne 0,35 kWh.

Sommaire