Quelles sont les différences entre un compteur triphasé et un monophasé ?

Selon vos besoins en électricité, vous pouvez être amené à opter pour un compteur électrique triphasé ou monophasé. Quelles sont les différences entre les deux ? Dans quel cas choisir l’un ou l’autre ? Alpiq répond à vos questions et vous aide à choisir la meilleure alternative pour vous. 

Qu’est-ce qu’un compteur triphasé ?

Que vous fassiez construire votre nouvelle maison et que vous emménagiez dans un logement existant, vous devez vous interroger sur l’installation électrique qui sera la mieux adaptée à vos besoins afin de vous garantir confort et sécurité chez vous. 

Il faut savoir qu’en triphasé, un compteur électrique distribue l’électricité à 3 circuits indépendants (appelés « phases ») qui alimentent chacun une partie des appareils électriques de la maison. La puissance du compteur est alors répartie de façon égale entre chaque phase. Par exemple, si votre logement est équipé d’un compteur Linky triphasé de 9 kVA, chaque circuit est alimenté en énergie à hauteur de 3 kVA.

Généralement, en tant que client particulier, il existe 3 raisons pour lesquelles vous pouvez être amené à vous équiper d’un compteur triphasé : 

  • Vous êtes un grand consommateur d’électricité et votre logement est équipé d’un compteur électrique de 18 kVA ou plus ;
  • Vous habitez en campagne et votre habitation est éloignée du réseau de distribution public ; 
  • Vous disposez d’un appareil particulièrement énergivore qui nécessite l’installation d’un compteur triphasé comme une pompe à chaleur ou un dispositif de recharge pour une voiture électrique par exemple. 

Qu’est-ce qu’un compteur monophasé ?

En monophasé, l’ensemble des équipements électriques de votre logement sont reliés à un circuit électrique unique. Par exemple, si votre logement est équipé d’un compteur monophasé d’une puissance utile de 9 kVA, l’ensemble de vos appareils ne pourront pas consommer plus de 9 kVA en simultanée.

Les principales différences entre les deux

Le compteur monophasé est le plus répandu pour les clients particuliers en France car c’est souvent le mieux adapté à une consommation « classique ». Le triphasé est davantage réservé à une cible de professionnels ou d’entreprises.

À moins d’avoir des besoins spécifiques, mieux vaut alors se tourner vers une installation en monophasé pour deux raisons principales : 

  • Une installation en triphasé est souvent bien plus coûteuse qu’en monophasé : elle nécessite généralement une puissance au compteur supérieure ou égale à 18 kVA et augmente alors de manière significative le prix du kWh et de votre abonnement d’électricité ;
  • Une installation en triphasé augmente les risques que votre compteur Linky disjoncte. En effet, un compteur triphasé implique de répartir de manière égale les appareils électriques de votre logement sur chacun des circuits au risque de créer un déséquilibre et donc une coupure de courant.
Bon à savoir

Vous voulez réduire votre facture d’électricité ? Souscrivez une offre d’électricité moins cher. Chez Alpiq par exemple, bénéficiez d’une remise de 10 % sur le prix HT du kWh par rapport au tarif bleu d’EDF.

Comment passer du triphasé au monophasé ?

Vous venez d’emménager dans une maison équipée d’un compteur triphasé dont vous n’avez pas besoin ? Afin d’éviter de gonfler inutilement votre facture d’électricité, vous avez la possibilité de passer d’une installation en triphasé à une installation en monophasé

Pour se faire, la démarche est simple : il vous suffit de prendre contact avec votre fournisseur d’électricité. Celui-ci transmettra ensuite votre demande au gestionnaire du réseau Enedis, qui se chargera de réaliser le changement. Comptez en général un délai d’intervention d’une dizaine de jours.

Le prix de la prestation est fixé par Enedis et dépend essentiellement de la nature des travaux à réaliser. Après étude de votre demande, Enedis vous fera parvenir un devis personnalisé. Le passage d’une installation triphasée à une installation monophasée est réalisée via une prestation de modification de raccordement (appelée prestation « P860 » dans la grille tarifaire communiquée par Enedis). À ces frais s’ajoutent le coût de modification de formule tarifaire, de puissance souscrite et/ou de puissance de raccordement d’un montant de 160,50 € TTC.

Le saviez-vous ?

La puissance de raccordement correspond à la puissance souscrite maximale que vous pouvez choisir dans le cadre de votre contrat d’électricité.

Sommaire