Energie éolienne : définition et fonctionnement

Version moderne du moulin, l’éolienne est un outil qui permet de produire de l’électricité renouvelable. Plus précisément, qu’est-ce que l’énergie éolienne ? Comment fonctionne une éolienne ? Quelle est sa place dans le mix énergétique français ? Alpiq fait le point. 

Énergie éolienne : définition

L’énergie éolienne fait partie des énergies renouvelables. Il s’agit de l’énergie générée par la force du vent. Cette énergie primaire permet de produire de l’électricité verte. Pour cela, on utilise un dispositif du même nom : l’éolienne. 

H3 : Comment fonctionne une éolienne ?  

Une éolienne est une infrastructure de production d’électricité verte. Traditionnellement blanches, les éoliennes prennent la forme de longs mâts surmontés de pales. Comme l’explique l’Ademe, ces machines servent à « convertir l'énergie cinétique du vent en énergie cinétique de rotation ». 

Cela signifie que l’éolienne fonctionne sur le principe suivant :

  1. Le vent entraîne les pales de l’éolienne ;
  2. Ce mouvement met en route un alternateur
  3. L’alternateur génère de l’électricité
  4. L’électricité est injectée sur le réseau d’Enedis. 

Afin de faire tourner l’éolienne, la vitesse du vent doit être comprise entre 15 km/h et 90 km/h. Au-dessous, cette dernière ne fonctionnera pas. Au-delà, elle est arrêtée pour des motifs de sécurité.

Le saviez-vous ?

Éole était le dieu du vent dans la Grèce Antique. C’est de là que vient le mot “éolien”.

Éolien terrestre et éolien en mer : quelles différences ?

On distingue deux grands types de parcs éoliens : 

  • Les éoliennes terrestres dont les fondations sont ancrées dans le sol. C’est celles que l’on voit dans les campagnes lorsque l’on prend la route ;
  • Les éoliennes offshore ou éoliennes en mer. Les fondations sont ancrées au large des côtes où le vent souffle sans obstacle. 

À l’heure actuelle, c’est avant tout l’éolien terrestre qui est développé. Les projets d’éolien en mer commencent à peine à émerger. 

Quels sont les avantages et inconvénients de l’énergie éolienne ? 

Une énergie renouvelable peu carbonée

Le premier avantage de l’éolien réside dans ses performances environnementales. L’énergie éolienne est une énergie peu chargée en carbone. Elle émet peu de CO2. Ainsi, produire 1 kWh d’électricité éolienne rejette 7 grammes de CO2 contre 418 grammes pour une centrale à gaz, selon l’Ademe.

Une compétitivité économique 

L’énergie éolienne présente le double avantage d’être propre et économique. Au fur et à mesure du temps, elle devient de plus en plus compétitive. D’après le  Levelized Cost of Energy de la Banque Lazard de 2020, produire 1 MWh d’électricité éolienne coûte 40 $ en 2020, contre 135 $ en 2009. À titre de comparaison, produire 1 MWh d’électricité avec du gaz coûte aujourd’hui 175 $. 

Une énergie intermittente

Malgré les atouts qu’elle présente, l’énergie éolienne fait preuve de certains inconvénients. Comme la majorité des énergies, elle est dite « intermittente ». En effet, sans vent, les éoliennes ne tournent pas. En cas d’anticyclone, elles ne peuvent donc pas produire d’électricité. 

Cela ne poserait pas de problème si l’on pouvait stocker l’électricité. Mais, à l’heure actuelle, il est très difficile de la stocker à grande échelle. Il faut la consommer au moment où on la produit. L’intermittence des éoliennes rend leur production difficile à prévoir. C’est la grande limite de ce mode de production d’énergie verte. Elles ne sont pas 100% fiable quant à leur capacité de production puisqu’elles sont tributaires de la météo. 

Toutefois, il convient de rester optimiste. Selon l’association France Énergie Éolienne (FEE), elles tournent 95% du temps. 

Énergie éolienne en France : quelle part dans le mix énergétique ? 

Selon le Panorama de l’Électricité Renouvelable du 31 juin 2021 publié par Enedis et le Syndicat des Énergies Renouvelables (SER), l’énergie éolienne représente 8,2 % de l’électricité consommée en France. Cela en fait la seconde source d’électricité verte après l’ énergie hydraulique (12,8 % de la consommation de l’Hexagone). 

S’il reste minoritaire en France, l’éolien devrait se développer dans les années à venir. Notamment, l’éolien en mer pourrait prendre de l’importance.

C’est ce que souligne la FEE, « alors que les premiers chantiers ont démarré en 2019, la filière de l’éolien en mer devrait représenter 10% de la capacité éolienne raccordée en France en 2023 ». L’éolien terrestre de son côté représentera 10 % à 15 % de la consommation totale d’ici 15 ans selon la FEE. 

Bon à savoir : Participer au développement de l’éolien en France c’est possible ! En souscrivant une offre d’électricité verte, vous pouvez vous engager dans la transition énergétique. Parfois, cela permet aussi de réduire sa facture d’électricité. Chez Alpiq, nous proposons une offre d’électricité 100 % renouvelable moins chère que les tarifs réglementés d’EDF. L’opportunité de gagner en pouvoir d’achat et de lutter contre le réchauffement climatique ! 

Sommaire