Comment bien choisir sa climatisation ?

Vous souhaitez installer un climatiseur dans votre logement ? Mais face à la multitude de modèles proposés, comment savoir quel est le meilleur système de climatisation pour vous ? Pour faire le bon choix, vous devez prendre en compte un certain nombre de critères essentiels. Alpiq vous explique tout.

Les différents types de climatiseurs

Le choix en matière de climatisation (aussi appelée pompe à chaleur air-air) est diversifié. Vous pouvez ainsi choisir un modèle adapté à vos besoins et aux contraintes liées à votre logement. 

Il existe deux grandes catégories de climatiseurs : le climatiseur mobile que vous pouvez aisément déplacer d’une pièce à une autre et le fixe, qui, comme son nom l’indique, est fixé dans une des pièces de votre maison ou appartement et ne bouge plus. 

Au-delà de la mobilité de l’appareil, différents modèles sont disponibles et s’adaptent aisément à votre situation : 

  • Climatiseur fixé au mur, en hauteur ; 
  • Climatiseur gainable, installé sous un faux-plafond ou des combles ;
  • Climatiseur console, posé au sol ;
  • Climatisation réversible : rafraîchit l’air chaud en été et réchauffe l’air froid en hiver (jusqu’à devenir votre mode principal de chauffage).

image description
Bon à savoir

La plupart de ces modèles sont disponibles en version « monobloc », c’est-à-dire que tout le système est intégré dans une seule unité, ou en version « split » comprenant une unité extérieure dont le rôle est d’évacuer l’air chaud vers l’extérieur.

Réalisation d’un bilan thermique

Réaliser un bilan thermique est essentiel pour que vous disposiez d’une installation de qualité et adaptée à vos besoins. Il va notamment permettre de déterminer : 

  • La puissance nécessaire : un climatiseur dont la puissance est insuffisante fonctionnera en surrégime et consommera beaucoup d’électricité pour une efficacité qui ne sera pas optimale ;
  • Le dimensionnement optimal de votre appareil : opter pour un climatiseur trop grand est inutile et vous coûtera plus cher, tant à l’achat qu’à l’utilisation.

Le bilan thermique peut souvent être réalisé gratuitement par le professionnel qui vous installera la climatisation. Pour le réaliser, ce dernier prendra en compte un certain nombre d’éléments comme : 

  • Le type de vitrage : simple, double, triple, isolation renforcée ;
  • Le type de toit : isolation, présence d’un grenier ;
  • L’exposition des murs et des fenêtres ;
  • Le type de sol : isolé, sur vide sanitaire ;
  • Les parois et l’isolation : épaisseur, qualité ;
  • La présence de volets, rideaux, stores ; 
  • Le nombre d’occupants dans le logement ;
  • Le nombre d’appareils dégageant de la chaleur (ordinateurs, téléviseur), etc.

Tous ces éléments vous permettront de faire le choix le plus pertinent dans votre système de climatisation. 

Par exemple, si votre maison dispose d’une grande baie vitrée orientée sud, celle-ci chauffera naturellement la pièce et donc demandera un besoin en clim plus important.

Choix en fonction de la pièce d’installation du climatiseur

Deux éléments vont également déterminer le choix de votre climatiseur : la pièce dans laquelle vous souhaitez l’installer ainsi que la surface à couvrir. 

Une seule pièce qui n’excède pas 35 m2

Si vous avez l’intention de rafraîchir une pièce en particulier : votre salon par exemple ou un studio de moins de 35 m2, un climatiseur fixe split sera parfaitement adapté. Certains modèles peuvent s’adapter à des pièces d’une surface allant jusqu’à 60 m2 mais à condition de respecter certains critères essentiels (isolation optimale par exemple).

Pour ce type de surface, vous pouvez également opter pour un climatiseur monobloc fixe qui ne dispose pas d’unité extérieure. L’air chaud est alors évacué grâce à un tuyau qui passe à travers un mur.

Plusieurs pièces, pour une surface supérieure à 35 m2

Pour climatiser plusieurs pièces de votre logement, optez pour un climatiseur split, disposant d’une unité extérieure. Ce type de climatiseur permet de rafraîchir jusqu’à 5 pièces ou 90 m2. La capacité de votre appareil doit être déterminée en fonction du nombre de pièces (ou de la surface totale) à climatiser.

Le saviez-vous ?

Dans la catégorie des climatiseurs split, il existe la version mono split composée d’une unité intérieure et une unité extérieure mais aussi la version multi split composée de plusieurs unités intérieures et d’une unité extérieure.

Plusieurs pièces, pour une surface supérieure à 100 m2

Si vous disposez de combles ou d’un faux plafond, l’idéal pour rafraîchir plusieurs pièces sur une grande surface (au-delà de 100 m2) est d’installer une climatisation gainable. L’avantage de ce type de clim est qu’elle est très discrète, seules les grilles d’aération sont visibles.

Bon à savoir

Selon la configuration de votre logement et les préconisations indiquées sur votre bilan thermique, vous avez aussi la possibilité d’installer plusieurs climatiseurs monoblocs dans différentes pièces de votre logement. Chaque pièce sera alors équipée de son propre système de régulation de la température.

Pour une chambre à coucher

L’important lorsque vous installez une climatisation dans une pièce à vivre est de choisir un modèle qui prendra un minimum de place et qui restera esthétique.

  • Pour un encombrement limité : optez pour une climatisation « console », fixée au mur, au niveau du sol, à la façon d’un radiateur ou alors pour une climatisation murale, fixée en hauteur ;
  • Pour une esthétique optimisée : choisissez, si votre logement le permet (si vous disposez d’un faux plafond ou de combles), un modèle de climatisation gainable. Seules les grilles d’aération seront alors visibles

Les contraintes techniques

Bien entendu, la configuration de votre logement peut aussi largement influencer votre choix. En maison mitoyenne, en appartement ou encore en copropriété par exemple, vous n’avez parfois pas la possibilité d’installer une climatisation équipée d’une unité externe. Dans ce cas, deux options restent possibles : 

  • Un climatiseur gainable : si votre logement dispose de combles et d’un faux-plafond ;
  • Un climatiseur monobloc : et donc sans unité extérieure.



Le budget est également un élément essentiel à prendre en compte dans votre décision. Or, le coût global pour l’installation d’un système de climatisation (acquisition, installation et utilisation) peut varier de quelques centaines à quelques milliers d’euros.

Le prix d’un climatiseur dépend principalement : 

  • Du nombre d’unités de l’appareil : monobloc (une seule unité), mono split (une unité intérieure et une extérieure) ou multi split (une unité extérieure et plusieurs unités intérieures) ;
  • De la puissance du climatiseur ;
  • De ses performances énergétiques ; 
  • Des nuisances sonores ;
  • Si vous choisissez une clim réversible, etc.

Pensez à comparer attentivement le prix des différentes marques et des différents modèles présents sur le marché avant de réaliser votre achat.

Quant au coût de l’installation, ce dernier dépend :

  • Du type d’installation : murale, au sol, sous-plafond, combles ;
  • De l’accessibilité du lieu d’installation ;
  • Du nombre d’unités à poser ;
  • Du type de raccordement à mettre en place (flexibles, gaines), etc.

N’hésitez pas à faire jouer la concurrence et à solliciter plusieurs installateurs professionnels pour obtenir différents devis.

Enfin, il n’est pas à négliger, le coût d’utilisation de votre climatiseur est aussi partie intégrante du budget global. Et même si le prix à l’achat d’un appareil performant sur le plan énergétique peut être plus élevé, pensez qu’à l’usage un climatiseur moins énergivore vous permettra de réaliser des économies d’énergie et donc de réduire le montant de votre facture d’électricité.

Bon à savoir

Pour réduire le montant de votre facture d’électricité, il est également essentiel de souscrire une offre d’électricité adaptée à vos besoins. Lorsque vous souscrivez chez Alpiq, nous vous proposons un ensemble de recommandations personnalisées qui vous permettent d’obtenir l’offre d’électricité la mieux adaptée, au meilleur prix (prix HT du kWh d’électricité 10 % moins cher que le tarif bleu d’EDF).

Sommaire